A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Invalid argument supplied for foreach()

Filename: controllers/books.php

Line Number: 128

A PHP Error was encountered

Severity: Notice

Message: Trying to get property of non-object

Filename: controllers/books.php

Line Number: 135

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/memorypr/www/system/core/Exceptions.php:185)

Filename: libraries/Session.php

Line Number: 688

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/memorypr/www/system/core/Exceptions.php:185)

Filename: libraries/Session.php

Line Number: 688

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/memorypr/www/system/core/Exceptions.php:185)

Filename: libraries/Session.php

Line Number: 688

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/memorypr/www/system/core/Exceptions.php:185)

Filename: libraries/Session.php

Line Number: 688

Editions Memory : Je donne des couleurs au monde
facebook icon
 
Couverture

Je donne des couleurs au monde

Marie Milis
ISBN : 978-2-87413-185-1
Prix TTC : 12.50 €
Ajouter au panier

 Après des études de mathématiques et de pédagogie aux universités de Louvain en Belgique et de Washington à Seattle (USA), Marie Milis a enseigné à des élèves d’une école de « discrimination positive », cumulant de nombreuses difficultés et rejetant l’école et les apprentissages.

Ayant rencontré la pratique millénaire de l’autolouange, aujourd’hui encore vivante en Afrique, elle l’a proposée à ses élèves. Il s’agit de rédiger, et de proclamer, un texte qui parle de soi, avec amplification. L’atmosphère dans la classe en était complètement transformé.
 
Cela leur a permis de dire :
Je suis l’exception à la règle qui dit que personne n’est parfait. (Zahra)
 
Je suis cette larme du bonheur sur un visage meurtri. (David)
 
Je suis une idée qui germe dans la tête d’un génie. (Xavier)
 
Je suis la messagère de la brillance et de la clarté. (Claude)
 
Je suis le millésime de toutes les plus belles choses de la Terre. (Laetitia)
 
D’avoir observé l’impact puissant de l’autolouange sur ses élèves qui découvraient un « je » personnel, talentueux et spontané, solidaire aussi, elle a été amenée
à proposer cette pratique à des adultes lors de nombreuses conférences, des journées de pratique et des formations, en Belgique, en France, en Suisse, en Russie et au Brésil.

Dans ces cours et ses stages chacun écrit, en écoutant le chant de son âme et non le verbiage de son mental, en donnant parole à l’immensité qui habite chacun de nous, en accueillant et louant la source vive en soi. L’élément déclencheur peut être une amorce externe, à mettre au second plan dès que la veine intérieure est trouvée. Tout peut être prétexte à l’autolouange, c’est-à-dire à une rencontre avec soi-même.
L’animatrice, bien entendu, écrit en même temps que ses élèves ou stagiaires.

Ce recueil rassemble quelques autolouanges écrites et proclamées par Marie Milis en présence de ses étudiants ou de ses stagiaires. Elle appelle cette création « poésie pour temps de transition ». Car être scribe d’un texte en « je avec amplification et sans mensonge », un texte qui vous vient de l’intérieur, aide à recontacter son feu sacré. Plus que des amulettes protectrices, ils deviennent des paroles vivantes à incarner.  
 
Marie Milis a publié deux autres ouvrages
- Souviens-toi de ta noblesse. La pratique de l’autolouange ou l’accouchement du cœur
(Éditions Le Grand Souffle, Paris 2008) : présentation de la démarche de l’autolouange
à l’aide des textes écrits par des jeunes.
- Exercices pratiques d’autolouange (Éditions Payot & Rivages, Paris 2010) : une introduction détaillée à la démarche et des consignes qui permettent au lecteur de se lancer, accompagné.

 
Le mot d’ « auto-louange » peut en arrêter certains, tellement les siècles ont  imprimé en nous de fausse humilité et de mésestime de soi. Ce n’est pas pour rien qu’il faut accepter de se décentrer de notre culture d’Occident pour recevoir le génie de ce ressourcement profondément humain : la parole « inspirée » au sens où elle se laisse porter et traverser par le souffle de celui qui la profère
 
En fait on ne comprend l’autolouange qu’en voyant le sacré s’immiscer sous notre plume, replaçant l’être dans sa dimension divino-humaine. C’est alors et alors seulement que le mot louange apparaît et qu’il y a “auto-louange”. C’est en fait le meilleur mot pour dire ce dont il s’agit vraiment !

L’autolouange est une forme primitive de relation de l’être au monde.
Une forme originelle, où le “je” est véhicule/ expression de liens avec la nature et avec les autres.

Dans l’autolouange, le “je” permet de rejoindre une nappe phréatique où chacun se retrouve. Le texte de l’un parle à l’autre et de l’autre.
Chaque phrase proclamée en “je” est immédiatement entendue comme le “je” de celui ou celle qui proclame ET le “je” de celui ou celle qui écoute. C’est une parole de lien, de retour aux sources.

« Cette étonnante pratique, disait Christiane Singer, m’apparaît une merveilleuse école de dignité. Et d’effronterie. Et de poésie joyeuse. »
                                                                                                                   

 

Dans la même collection